• CORONAVIRUS: comportement à adopter
    Face au coronavirus, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage : - Je reste chez moi - Je me lave très régulièrement les mains - Je tousse ou éternue dans mon coude ou dans un mouchoir - J’utilise des mouchoirs à usage unique et je les jette - Je salue sans serrer la main, j’arrête les embrassades

Médecin Généraliste

< Liste des fiches métiers

Parfois appelé médecin de famille, le médecin généraliste1 c'est le « docteur » qui va nous soigner et nous guérir.

Fièvre, mal de tête, maux de gorge, œil rouge, otite, boutons, mal de ventre, entorse, « tour de reins », diabète, crise de goutte, hypertension, douleur de poitrine, toux, deuil, déprime, rupture, toxicomanie … il n'existe pas beaucoup de sujets qui ne motivent pas une consultation auprès de son médecin traitant, ces motifs étant souvent emmêlés!

Sa formation l'autorise à prendre tout cela en charge, quitte à ne délivrer qu'un conseil ou à demander un avis d'un confrère. Mais savez-vous qu'il peut explorer et suturer des plaies, faire des infiltrations, surveiller une contraception ?

Le médecin généraliste – médecin traitant accompagne les gens dans leur santé de tous les jours, de la naissance à la fin de vie, de la contraception à la ménopause en passant par le suivi de grossesse, de la prévention quotidienne (conseils d'hygiène de vie) ou périodique (campagnes de dépistages ou de vaccinations) à la prévention spécifique (voyages, travail, etc.).

Savez-vous que 80% des actes de suivi de l'enfant sont assurés par les médecins généralistes ? Savez-vous que votre généraliste peut réaliser des frottis de dépistage, prescrire la pilule, poser un stérilet ?

Installé au plus près des habitants, son cabinet est ouvert du matin au soir, 5 à 6 jours par semaine. La nuit et le week-end, il participe avec ses confrères au service d'urgences (le 15). Le médecin généraliste est un maillon essentiel des soins « de premier recours », rendant ainsi un service précieux à la population.

Enseignée dans les facultés par les généralistes eux-mêmes depuis les années 1980, définie en 2002 comme discipline scientifique et universitaire européenne, la médecine générale est reconnue comme spécialité universitaire depuis septembre 2004 et comme spécialité d'exercice depuis  septembre 2007.

 

Pour en savoir plus :

 

 


 1
Doit-on continuer à dire LE médecin généraliste quand 30 % des omnipraticiens (autre nom du généraliste) sont des femmes … et que la profession va se féminisant ?